IA-marketing
Picture of Atelier Domani

Atelier Domani

De l’I.A. dans ton marketing ?

Un extrait de la newsletter d’avril 2024

L'utilisation de l'intelligence artificielle en marketing

Quand j’ai commencé à réfléchir à cette newsletter, j’ai eu plein d’idées à aborder et j’ai commencé à faire un plan vraiment très long. Si tu lis régulièrement cette newsletter, tu sais que j’ai l’habitude d’écrire de très longs mails. 👀

Mais j’avais peur que ça fasse trop ! Trop de sujets, trop d’informations et que ça en devienne indigeste.

Alors, à la place, je vais te partager plusieurs de mes réflexions et je garde certains points sous le coude pour de prochaines newsletters.

Et une fois que tu l’auras lue, ça m’intéresse d’avoir ton avis sur l’IA et sur l’utilisation que tu en fais, notamment pour ta communication. 😊

L'IA - la baguette magique tant attendue

Il y a quelques jours, je suis tombée sur une vidéo d’une femme qui racontait avec fierté qu’elle avait généré tous ses articles de blog avec l’intelligence artificielle. De A à Z.

À l’écouter, on pourrait presque croire que c’est magique. ✨

🪄 Il suffit de demander et hop un article est pondu en un instant.

🪄Une autre question et les posts de la semaine sont rédigés.

🪄Une troisième pour la route et les messages de prospections sont prêts à être envoyés en masse.

C’est si simple de faire du marketing finalement.

Alors, je sais… Dit comme ça, on dirait que je me moque. (Ce qui n’est pas totalement faux d’ailleurs.) Ou que ça semble caricatural. Pourtant je vois de plus en plus de personnes qui poussent l’utilisation de l’IA dans ce sens.

Revenons à la vidéo dont je te parlais plus haut…

Dans les commentaires, quelqu’un demande “Qui va vraiment lire ces salades ?” et on lui répond “Google et c’est suffisant”.

Vraiment ? (Side eyes ironique 👀)
Est-ce que ce sont les robots qui achètent ?

En vérité, c’est dangereux de penser de cette manière…

L'enfer est rempli de contenus automatisés

La chasse aux sorcières robotisées 🔥

l y a quelques années, on pouvait arriver en haut des résultats de Google en écrivant un mot clé 1000 fois en blanc sur un fond blanc…

À l’époque, il n’y avait pas encore d’entrepreneurs qui se filmaient devant un fond coloré en mode interview pour nous expliquer que c’était LA solution pour enfin devenir riche. Mais on était sur le même genre de conseils. Très vite, Google avait adapté ses algorithmes pour identifier les filous qui utilisaient cette technique. Et ils se sont tout simplement fait bannir.


C’est ce qui est train de se passer en ce moment avec les contenus générés par l’intelligence artificielle.


Après tout, qui de mieux placé qu’un robot pour identifier du contenu créé par un autre de ses congénères ? 🤖

Extrait d’une page Google:

Cependant, ils n’interdisent pas l’utilisation complète de l’IA. Le principal est d’avoir du contenu qui respecte le concept de l’EEAT. Et qui soit centré vers les personnes qui liront le contenu.

Donc non, écrire pour les robots Google n’est pas suffisant.

Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui crée le contenu le plus basique ? 🪞

Le problème des idées de l’IA, c’est qu’elles sont souvent d’ordre très général. Alors oui, ça dépend du prompt. Mais tu auras beau lui demander de faire des métaphores, d’utiliser un ton dynamique ou drôle, souvent, ça se voit.


Je t’assure que quand on est habitué à créer du contenu, on remarque assez rapidement quand c’est rédigé par IA.


Et j’en parlais dans la dernière newsletter, le risque en partageant seulement des conseils (ou de manière générale du contenu généré de A à Z par l’IA), c’est d’invisibiliser ton contenu et de le fondre petit à petit dans la masse.


Bien sûr, tout n’est pas à jeter à la poubelle. J’ai discuté avec plusieurs personnes sur Instagram sur leur utilisation de l’IA et beaucoup le voient comme un assistant où piocher des idées, des tournures de phrases, des expressions…

Et ça, c’est une très bonne manière de l’utiliser.

L’omniprésence de l’IA: une opportunité ?

Si tout devient pareil, que l’on voit toujours les mêmes conseils, les mêmes contenus, tu as une réelle opportunité qui se présente à toi.

Celle d’aller à contre-courant.

Plutôt que de partager des listes de conseils, partage-nous ton avis ! Parle-nous de ton expérience personnelle, montre-nous comment prendre du recul et apporte tes propres arguments.

Ça n’a pas besoin d’être 100% original. (D’ailleurs, c’est parfois impossible.)

Mais l’idée ici n’est pas de réinventer la route, mais plutôt de la ✨ pimper ✨ !

La newsletter fait d’ailleurs un retour en force en ce moment. Pour les raisons évoquées plus haut, mais aussi pour contrer les algorithmes. (Que ce soit côté créateur ou consommateur de contenu.) Cet article de Slate en parle d’ailleurs très bien.

Si on a une question précise, on va la poser à Google ou à Chat GPT. Mais pour être guidé, pour développer un esprit critique et pour nuancer nos prises de décisions, on a envie de suivre des personnes avec de vrais avis. Pas seulement des actions à faire, aseptisées de toute expérience personnelle.


Et c’est vrai pour tout type de contenu.

Alors, on met l'IA de côté ?

Non, au contraire. Je pense que ça reste très utile dans certaines situations. (Il y a quelques jours, j’étais bloqué sur un Google Sheet et Chat GPT m’a bien aidé à trouver le problème.)

Et surtout, ça peut être un très bon moyen pour améliorer et simplifier l’expérience de tes propres clients.

Par exemple, dans la BSB, Aline Bartoli a intégré un chatbot qui a intégré tout un tas de données en lien avec sa formation. Il peut à la fois te donner des informations utiles ou répondre à tes questions spécifiques sur des modules. Je l’ai testé et honnêtement, c’est très bien fait.

Je pense aussi que ça peut être un vrai plus pour améliorer le customer care et proposer des parcours personnalisés.

Sur le sujet de l’IA et de la satisfaction client, il y a vraiment beaucoup à dire et je pense qu’on pourrait même y consacrer un article ou une newsletter spécifique.

C’était impossible de parler de tout dans ce mail, mais j’aborderai sûrement le problème de propriété intellectuelle, du risque de partage de fausses informations. Mais aussi du fait que les IA peuvent créer de gros biais dans ton approche de la communication. Ou encore qu’elle peut limiter tes compétences en marketing sur le long terme.

C’est la fin de cet extrait ! 😊 Si ça te dit de t’inscrire pour recevoir les prochaines newsletters, c’est par ici: 

.

Laisser un commentaire